La réduction des abattoirs de proximité, grosse inquiétude pour nos éleveurs en circuits-courts !

Les abattoirs, un sujet tabou…

Difficile de parler des abattoirs avec le grand public. C’est l’endroit où on tue les animaux pour produire de la viande. Viande que la majorité des consommateurs mangent encore actuellement (d’après l’observatoire de la consommation alimentaire, la Belgique compte environ 2 à 3 % de végétariens), mais sous une forme qui souvent ne rappelle pas l’animal dont d’origine… Tuer pour manger est devenu difficilement accepté par le consommateur malgré ses comportements alimentaires.

poulycroc

Mais un outil indispensable !

Tout éleveur, petit, grand, bio ou conventionnel, en circuit court ou non… doit passer par la case abattoir pour valoriser la viande de son élevage. Sans abattoir, il faudrait revenir à une mise à mort dans la cour des fermes… dans quelles conditions sanitaires et de bien-être animal ? Avec quels contrôles ? Les abattoirs sont soumis à des normes qui permettent un suivi de ces critères.

Les abattoirs locaux en difficultés…

Le nombre d’abattoirs se réduit comme peau de chagrin. De 60 abattoirs en 1985, la Wallonie est passé à 32 abattoirs actuellement. Une perte de près de la moitié des abattoirs en 30 ans. La rentabilité semble être le facteur limitant. Est-ce lié aux normes sanitaires, de plus en plus strictes depuis les crises alimentaires du début du siècle (vache folle, dioxine) qui poussent les abattoirs à des investissements importants ? Est-ce lié à une sous-utilisation des outils d’abattage ? Les articles de presse parlant des difficultés des abattoirs ne manquent pas : aucun n’est à l’abri d’une faillite dans les années à venir.

abattoirs difficultés

La situation actuelle

Les abattoirs se divisent principalement en deux catégories : abattoirs pour volailles et lapins, et abattoirs pour ongulés (bovins, ovins, caprins, porcs). Certains abattoirs se sont spécialisés : Liège n’abat plus de porcs, Ciney n’abat que les bovins… Tous ne sont pas, non plus, accessibles à tout le monde. Certains abattoirs ferment leurs portes aux petits éleveurs qui souhaitent abattre deux ou trois porcs pour leur vente directe. Et enfin, tous ne sont pas certifiés bio, ce qui signifie que les carcasses issues de ces abattoirs perdent leur certification bio, la viande rejoint le circuit conventionnel.

La proximité des outils d’abattage est importante, notamment pour les petits éleveurs souhaitant travailler en circuit court ! Joel Lambert, producteur bio à Orp-le-Grand, devrait parcourir plus de 100 km pour abattre ses quelques porcs en bio. C’est impossible financièrement et logistiquement ! C’est impensable pour ce producteur et ses consommateurs qui souhaitent privilégier le local.

Ci-dessous, la cartographie des abattoirs pour porcs réalisées par Diversiferm montre le manque de possibilités d’abattages dans différentes régions, notamment en bio. Les abattoirs sont indiqués par les points mauves (ou verts pour les abattoirs certifiés bio), et entourés par une zone correspondant à un rayon de 25 km, distance maximale pour un outil de proximité selon une enquête réalisée auprès d’éleveurs par le CER groupe en 2012. Note : la carte ne reprend pas les abattoirs situés en Flandre et à Bruxelles.

Carto porcs

Et demain ?

Pour rentabiliser, on a tendance à regrouper en de grandes structures afin de réaliser des économies d’échelles. Dans ce cas, il ne subsisterait plus que 2 ou 3 abattoirs géants en Wallonie. Cette perspective pose plusieurs questions :

  • La réduction du nombre d’acteurs en abattage forcera-t-elle nos éleveurs à passer par eux, peu importe les conditions ?
  • Nos éleveurs travaillant en circuits-courts survivront-ils à cet éloignement des outils d’abattage par le développement d’une logistique commune ?
  • Qu’en dira le consommateur, dont le caractère local des produits semble être devenu un critère de choix majeur des produits agricoles ?

DSC_0149

Il faut agir !

Nous, consommateurs, sommes directement concernés par les difficultés rencontrées par les abattoirs de proximité. Il est important de mieux comprendre les problèmes rencontrés par les abattoirs et leurs enjeux afin de rechercher avec eux des pistes de solutions à mettre en place pour assurer au minimum leur survie, et au mieux, un développement des possibilités d’abattage de proximité en Wallonie.

Rejoignez-nous dans cette démarche en participant aux visites, et en proposant des pistes de solutions !

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s