Les agriculteurs malades des pesticides…

 

Les agriculteurs sont exposés, dans le cadre professionnel, aux pesticides. Une personne sur 5 qui pulvérise ou applique un produit phytosanitaire affirme avoir développé des symptômes lors de l’utilisation de produits phytosanitaires. Si la responsabilité des pesticides dans les intoxications aigues est claire, il n’en est néanmoins pas de même pour les maladies liées aux expositions chroniques telles que les cancers, dégénérescences neurologiques, etc.


En France, un mouvement autour des victimes des produits phytosanitaires

« Phytovictimes » est une association créée en 2011, composée d’agriculteurs, visant à réunir les victimes de pesticides et à réunir leurs témoignages. Ils donnent également des conseils pour initier des actions juridiques (reconnaissance maladie professionnelle ou actions en responsabilité).

Les Mutualités MSA ont mis en place dès 1991 le programme « Phyt’attitude », qui recense les cas d’intoxications liées aux pesticides sur tout le territoire français. Consulter le rapport 1997-2007.

Il est à noter que 45 personnes en France (14 exploitants et 31 salariés agricoles) ont obtenu la reconnaissance en maladie professionnelle de leur pathologie du fait de leur exposition (aigue ou chronique) aux pesticides (données de la MSA, 2010).

Agriculteur santé


Quelle est la situation en Belgique ?

Selon Bruno Schiffers : « En ce qui concerne notre pays, j’ai examiné les arrêtés royaux relatifs aux maladies professionnelles liées aux agents chimiques de 1964 à 2009. Bien qu’on parle, ici, d’exposition à des substances aussi peu anodines que l’arsenic, les dioxines, les hydrocarbures, etc., aucune mention n’est accordée aux produits utilisés dans l’agriculture. Pas un mot, même pas pour parler de la « famille » des pesticides, sauf dans le cas des femmes enceintes ou allaitantes où un arrêté prévoit de les éloigner d’un poste de travail présentant un risque d’exposition. Aux yeux de la loi belge, en matière de maladies professionnelles, les pesticides n’existent pas, même pour les ouvriers travaillant en serre ! »

 » Les problèmes de santé liés aux pesticides sont tout à fait réels mais ils ne se crient pas sur les toits », affirme-t-on chez Agricall, une cellule d’aide aux agriculteurs wallons en difficultés.  » Ils sont évoqués en cours de conversation, quand la confiance s’installe. On s’aperçoit alors que des gens, dans ce secteur, ne peuvent plus s’endormir depuis trente ans sans leur ballon d’oxygène… « .

Les controverses et les zones d’imprécision scientifique constituent du pain bénit pour les groupes industriels actifs dans la protection des cultures qui, ici et là, continuent de nier le problème avec un aplomb étonnant.

« Diverses études révèlent que les agriculteurs ont globalement moins de cancers et une espérance de vie meilleure que la population générale », explique-t-on sur le site de Phytofar, le groupement des producteurs de produits phytos.

Le mythe de l’agriculteur vivant au grand air, donc jouissant forcément d’une santé de fer, a décidément la vie dure ! Il faut dire que la plupart des agriculteurs sont indépendants et que les maladies liées à ces produits en sont pas comptabilisées par le Fonds des maladies professionnelles.

La Wallonie prévoit, dans le cadre du plan wallon de réduction des pesticides, de se doter d’un système de collecte d’informations sur les cas d’empoisonnement par les pesticides, pour les agriculteurs ou riverains. Pour le moment, les informations principales viennent du centre anti-poisons.


Le cas de la Maladie de Parkinson

En France, la maladie de Parkinson a été reconnue maladie professionnelle dans le secteur agricole (http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html). Le lien entre cette maladie et l’exposition régulière aux insecticides et aux herbicides est établi, mais il ne l’est pas  pour les fongicides, faute d’études suffisantes consacrées à ce sujet.

En Belgique, la maladie n’est pas reconnue comme maladie professionnelle liée aux pesticides, même si « les preuves scientifiques d’une association entre pesticides et Parkinson sont bien établies ».

Lire l’article de Nature & Progrès : Cultos et Phytos.


 

One thought on “Les agriculteurs malades des pesticides…

  1. Il y a le danger d’une intoxication aiguë, lors d’une exposition accidentelle, qui se manifeste par des troubles cutanés, digestifs, respiratoires, musculaires, nerveux, cardiovasculaires. Mais plus néfastes sont les risques d’intoxication chronique, résultant d’une exposition fréquente et prolongée à des doses faibles. Ils peuvent provoquer des troubles du système nerveux, des effets cancérigènes et mutagènes, et des perturbations endocriniennes : les risques induits par l’exposition directe et/ou indirecte aux pesticides ont des effets marquants sur la fréquence de certains cancers, les maladies neuro-dégénératives et le développement fœtal.
    pour plus d’infos sur La prévention des risques professionnels des pesticides : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=506

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s